Nuccio-Bertone

Bertone, le carrossier historique

C’est en 1912 que l’histoire de Bertone commence. Cette carrosserie était un acteur important de l’automobile pendant près d’un siècle avant de disparaître en 2014.

Ce qui a fait le succès de Bertone, ce sont les dessins des Lamborghini Countach, et Miura. Mais aussi ceux pour Alfa Roméo avec le “Coupe Bertone”. Son activité principale était la carrosserie mais également sous traitant automobile. Il accueillait des unités de production pour le compte des constructeurs dans ses locaux. Il devenu même un constructeur a part entière en commercialisant des véhicules sous sa propre marque.

Mais qui est Giovanni Bertone ?

C’est en 1884 que Giovanni Bertone est né en Italie, dans une petite ville en province de Cuneo. Il commença à travailler en tant que charron avant de partir exercer à Turin au sein de l’entreprise Diatto spécialisée dans le matériel ferroviaire. En 1912, il décide de créer sa propre entreprise afin de pouvoir mener à bien ses projets.

Les automobiles en 1912 était rares et réservées aux familles aisées car les prix étaient encore très élevés.

Tout de suite, il décida de travailler les lignes des carrosses et les matériaux pour pouvoir produire des automobiles d’une grande qualité. Toutefois, en 1915, la guerre éclate en Italie et les 3 employés qu’il avait recruté se retrouvent mobilisés, les commandes cessent et la carrosserie ferme ses portes.

Giovanni-Bertone

L’atelier Bertone d’après guerre

Une fois la guerre passée, Giovanni Bertone rouvre les portes de son atelier à une autre adresse à Turin (119 Via Monginevro). Il affiche dès le début ses ambitions de développement en recrutant 20 salariés. Et c’est l’automobile qui vient à lui avec le constructeur SPA qui passe une commande pour une carrosserie sur la base de la SPA 23S. Bertone livre la nouvelle carrosserie avec des inspirations très travaillée comme un arrière en forme de poupe de bateau et met en avant un travail minutieux sur les lignes.

Après cette première commande réussi, Bertone se fit remarquer par Fiat qui lui demanda de concevoir une voiture de course sur la base de la Fiat 501. Il proposa donc la Fiat 501 Sport Siluro. Fiat salua la prouesse du travail. Ainsi, cette reconnaissance permit de confirmer la qualité de la carrosserie Bertone ouvrant ainsi la voie vers plus de commandes de la part de constructeurs tels que : Itala, Fast, Ansaldo, ou encore Scat !

Mais un constructeur va faire évoluer la carrosserie Bertone d’artisan à industriel : Lancia.

Vincenzo Lancia accorde toute sa confiance à Giovanni Bertone et fais le choix de sous traiter chez lui la fabrication des carrosseries autoportantes de la Lambda à l’Augusta.

Toutes ces commandes permettent à Bertone de se spécialiser dans ce qui lui plait le plus : les voitures sportives. A la fin des années 1920 c’est LE carrossier de référence et les constructeurs lui confie la réalisation des modèles de luxe comme la Fiat 505 Limousine, la Lancia Lambda et l’Itala 51S.

L’héritage de Bertone à travers Nuccio

En 1929, la crise affaiblit l’industrie automobile mais Giovanni Bertone tient bon grâce à une tenue des comptes rigoureuse. Ce qui permet en 1934 à l’atelier de déménager une nouvelle fois pour se rapprocher des usines de Lancia qui reste leur principal client et de comptabiliser pas moins de 150 salariés.

L’entreprise c’est donc fait une place unique dans l’automobile italienne.

Alors que les commandes tendent à baisser, Bertone réagis immédiatement et propose alors un service inédit pour les riches clients qui souhaitent commander une carrosserie unique.

En parallèle, le fils de Giovanni, Nuccio se fait remarquer pour ses qualités de dessinateur et intègre l’entreprise familiale en 1933 à ses 19 ans !

Nuccio-Bertone
Nuccio Bertone

Dans les années 1930, Bertone continu de marquer les esprits en s’inscrivant dans le courant du Streamline Moderne avec la Fiat 527 Ardita.

L’atelier reçoit une récompense en 1938, au concours de stylisme de Turin en présentant sa carrosserie de la Fiat 1500 Cabriolet.

  • Fiat-527-Ardita
    Fiat 527 Ardita

L’entreprise se développe dans les années 1950

Inévitablement la seconde guerre mondiale ralentie les commandes pour le carrossier. Mais il subsiste grâce à l’Etat italien qui commande des ambulances et des véhicules utilitaires.

De temps à autres quelques rares spécimens sortent des usines Bertone comme une Fiat 2800 Cabriolet commandé par le Comte Lurani.

Au lendemain du conflit, l’industrie automobile se met à fabriquer des modèles d’avant guerre en attendant de pouvoir lancer de nouveaux véhicules. C’est Nuccio Bertone qui aura la responsabilité de dessiner et produire, la première « nouvelle » automobile : la Fiat 1100 dans sa version cabriolet.

Jusque dans les années 1970 les commandes vont pleuvoir et vont donc permettre à Bertone de s’affirmer comme un acteur majeur du design à l’italienne.

Bertone voit donc de nouveaux marchés s’ouvrir à lui comme avec la marque MG.

Arnolt, alors importateur américain de la marque MG commande 200 exemplaires d’une MG TD recarrossée par Bertone et exposée lors du salon de Turin.

Après avoir dessiné la Giulietta Sprint, Alfa Romeo confie également la production de celle-ci à Bertone. Cela permet à l’entreprise de se diviser en deux pôles bien distincts : un centre de style pour les constructeurs automobiles et une usine qui produit des véhicules de série en sous-traitance des constructeurs.

Bertone s’intéresse également au design de prototype pour étudier l’aérodynamisme. En collaboration avec Franco Scaglione, il signe la série des Alfa Romeo BAT. Ces études débouchent sur des voitures de séries telles que la Guilietta SS ou des voitures pour battre des records comme l’Abarth 500 Record en 1957.

Le centre de style Bertone emploi des grands noms comme Franco Scaglione ou encore Giorgio Guigaro.

  • Alfa-romeo-BAT-Bertone
    Alfa Romeo BAT

Bertone confirme son statut dans les années 1960

En 1961, Bertone franchit un cap supplémentaire en déménageant en périphérie de Turin pour s’installer dans des hangars plus grands pour dépasser les 30 000 unités de productions par an.

Ce nouveau départ permet également à l’entreprise de développer ses clients étrangers. C’est ainsi que Aston Martin, BMW, mais aussi Simca vient collaborer avec Bertone tout au long de cette décennie.

Esthétiquement, les années 60 seront marqués par l’apogée des GT italiennes dont Bertone signera la grande majorité. Et notamment la plus emblématique Guilia GT officieusement nommée « Coupé Bertone ». Mais aussi la Fiat Dino en version coupé.

L’atelier de style n’a pas pour autant délaissé les projets plus exclusif. Bertone dessina la Ferrari 250 GT Berlinetta Lusso, l’Alfa Romeo Montréal, la Lamborghini Espada et celle que nous considérons comme sa plus belle réalisation : la Miura.

  • alfa-romeo-coupe-bertone
    Alfa Romeo Coupé Bertone

Les années 1970, une accélération de l’activité stylistique

Le début des années 1970 commencent très fort avec le lancement du concept Lancia Stratos O en 1970 qui nous amèneras à la Lancia Stratos HF en 1971. Une véritable œuvre d’art qui n’a pas sa place sur la route mais plutôt dans un musée. L’atelier dévoilera également le design de la Lamborghini Countach qui marquera l’histoire de l’automobile.

Giovanni Bertone disparaît le 10 mai 1972 à l’âge de 88 ans et l’entreprise connaît un réel coup dur en perdant son fondateur.

En 1973, l’entreprise obtient un contrat avec Ferrari pour concevoir les 208/308 GT4 alors que Ferrari était pourtant en collaboration avec un autre carrossier, Pininfarina.

Le succès commercial ne fût toutefois pas au rendez-vous et marquera la fin de cette association.

De 2006 jusqu’à 2014 Bertone tenta d’échapper à la faillite en cherchant des liquidités en se séparant d’usines. Mais le déficit était trop grand et nous avons donc assisté à la fermeture, à presque 102 ans, de l’un des plus anciens et plus influents carrossiers de l’automobile.

  • lancia-stratos-hf-stradale
    Lancia Stratos HF